Bref… elle n’a pas fait comme tout le monde.


Mes textes / vendredi, mars 15th, 2019

Aujourd’hui je me livre…un peu.

Je vous parle du traumatisme qui est en moi pour toujours.

Il y a bientôt 29 ans ma grande sœur s’est suicidée.

téléchargement

Un cataclysme, un raz de marée dans une famille dites « normal, sans problèmes ».

Un père militaire, une mère fonctionnaire, 3 enfants, un chien, un hamster.

Bref… une vie très simple.

Mais voilà que le 23 novembre 1990, elle a décidé de chambouler notre vie pépére toute tracée.

Le suicide est un geste égoïste et lâche.

C’est abandonner les êtres qui vous aiment et c’est ne pas se battre pour eux.

C’est aussi un geste de désespoir intense.

images (1)

Le suicide c’est un mort toutes les heures, il s’agit de la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans après les accidents de la route.

Les filles auraient plus de pensées suicidaires… Pourquoi?

téléchargement (3)

Apparemment les garçons ont tendance à extérioriser leur mal être en ayant recours à la violence, l’alcool, les drogues.

Je vous passerais les détails sur les méthodes… mais elle, ma sœur, n’a rien fait comme les autres.

Sa méthode a été des plus brutale mais tellement symbolique, elle qui partageait la même passion avec notre père.

C’était une jolie jeune fille avec un caractère fort et une joie de vivre contagieuse…

de l’humour, du succès auprès des garçons…

Bref une vie d’ado basique.

J’ai effectué des recherches sur ce sujet car j’avais besoin de comprendre pourquoi elle avait été jusqu’à ce geste ultime.

Plusieurs facteurs peuvent « favoriser » le suicide.

  • des facteurs génétiques;

  • des facteurs psychologiques;

  • des aspects sociaux;

  • des facteurs culturels.

Dans notre cas, je reste convaincue qu’il y a un gros facteur génétique…

mais le coté psychologique a aussi beaucoup joué.

Sa joie de vivre, ses rires et sourires n’étaient qu’illusions.

Pour moi ce sont les deux points clés de son acte fou.

Le suicide est un cataclysme dans une famille, pour nous il a été le début de la destruction de cette famille à priori banale.

Je suis celle qui a trouvé sa sœur encore vivante gisant sur le sol, je suis celle qui aura toujours cette odeur si particuliére dans le nez, celle qui a 15 ans a du crier sur sa mère pour l’empêcher de voir l’horreur, celle qui ne supporte pas de voir une arme, celle qui sursaute au moindre bruit.

Le suicide de ma grande sœur a fait de moi cette femme si fragile mais si forte à la fois.

A part perdre mes enfants rien ne me fait peur.

Certes j’ai des angoisses due à la vie quotidienne qui n’est pas simple tous les jours mais j’ai vécu ça et j’ai survécu.

Alors quand je suis au plus mal je repense à cette soirée du 23 Novembre 1990 et je me relève tout doucement.

29 ans après elle me manque toujours autant et pas une journée ne passe sans que je pense à elle.

29 ans après je n’ai plus l’intonation de sa voix, je n’ai plus son parfum… le temps efface tout ce qui est palpable et audible mais elle vit en moi pour toujours.

23844551_952447524908622_7991049938429172500_n

Voili voilo c’est compliqué… de vivre sans elle mais j’y arrive!

Rendez-vous sur Hellocoton !